Archives pour la catégorie Pièces éditées

Au secours la terre est malade au Liban

terre 1

La pièce Au secours la terre est malade se joue les 30 et 31 mai 2017 au Liban avec les enfants de l’école française la Sainte Famille à Jounieh dans une mise en scène de leur professeure de français, Joëlle El Adem Massaad, qui m’a promis des photos du spectacle. Je la remercie d’avance.

Pour lire un extrait, c’est ici

Publicités

Ma fleur se meurt

Pour vous procurer la pièce éditée chez l’Oeil du Prince : La Librairie Théâtrale

La pièce dure 80 min avec trois personnages :fleur

  • CHARLOTTE, jolie et sexy, la trentaine
  • ARTHUR, jeune premier, entre 30 et 40 ans
  • ANTONIN, garagiste, Marseillais, séducteur

Voix off :

  • LE COLLÈGUE D’ANTONIN, Marseillais
  • LE PSY

Le décor est simple avec quelques accessoires indispensables :

  • Un salon sobre et moderne.
  • Sept pots et fleurs identiques dont la fleur change d’aspect à chaque scène.
  • Un grand cadre. Un grand miroir.
  • Table, canapé, etc. Deux coussins identiques.

Résumé :

Sept ans de vie commune, crise de la trentaine, Charlotte et Arthur se séparent, répartissent leurs biens, se disputent une fleur et conviennent d’un accord : une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre.

« Comme un enfant ! » dit-elle. « Tu le sais, elle ne représente pas un enfant mais autre chose », répond-il.

Une comédie douce amère qui cherche à réveiller la vie à deux, souvent gangrénée par la routine.

***

L’écriture de cette pièce m’a été inspirée par un passage du livre « La Faim du tigre » de René Barjavel

« Chaque fleur est un sexe. Y avez-vous pensé quand vous respirez une rose ? Chaque fleur est même, le plus souvent deux sexes, le mâle et la femelle et sa vie brève est, dans un flamboiement de beauté, l’accomplissement de l’amour ».

Si la séparation du couple est un thème qui a maintes fois été traité, ma pièce a cela d’original qu’elle met en scène une fleur à la particularité de se transformer en fonction des faits et gestes du couple et de ses états d’âme successifs.

La fleur/tige est le prétexte, elle est l’aimant, elle est le trait d’union qui empêche Arthur et Charlotte de se dissocier. De leur histoire, il ne reste que cette fleur/tige et chacun tente de lui redonner du souffle, elle devient une bouée à laquelle l’un et l’autre se raccrochent. Sans cette fleur, ils savent leur amour perdu.

Pour lire un extrait, cliquez ici

Gare aux valises

Pour vous procurer la pièce chez Art et Comédie : La Librairie Théâtrale

La pièce dure 80 min avec six personnages principaux :valises

  • LULU, la petite cinquantaine, un peu coincée
  • VINCIANE, la petite trentaine, sexy
  • ROSALBA, jeune Italienne, enceinte à terme
  • FREDO, la cinquantaine, mari de Lulu
  • PIERROT, 30-40 ans, macho
  • CHEF DE GARE, Alsacien avec accent (il peut être homme ou femme)

Personnages secondaires :

Femme au téléphone, Madame Pipi, Passante sexy, Passante enceinte, homme dragueur et quelques figurants facultatifs laissés à l’appréciation du metteur en scène

La pièce a été étudiée pour qu’éventuellement les personnages secondaires puissent être interprétés par l’un ou l’autre des personnages principaux indépendamment de leur rôle.

Décor :

La scène est partagée en deux :

  • hall d’une gare
  • salle d’attente d’une gare avec deux bancs

Accessoires indispensables :

  • 4 valises identiques de couleur flashy
  • 1 paire de chaussures rouge à talons aiguilles

Résumé :

Sur le quai d’une gare, un couple de quinquagénaires s’apprête à partir en voyage. La valise est lourde. Fredo la dépose aux pieds de Lulu et s’en va en quête d’une poinçonneuse. Arrive la jolie et sexy Vinciane, fille d’une camarade de classe de Lulu, avec à la main la même valise. Puis c’est au tour de Pierrot, un macho à « l’esprit pensant » de s’apercevoir que d’acheter une valise en promotion amène bien des surprises. Quant à Fredo, le mari fidèle, s’il rend service à Rosalba c’est uniquement parce qu’elle est enceinte.
Sous les yeux d’un chef de gare à l’accent alsacien, les quiproquos se suivent, les personnages se rencontrent, se heurtent, se découvrent et bien sûr, l’amour a son mot à dire.

Pour lire un extrait, cliquez ici