Archives pour la catégorie jeunesse

Les jouets se font la malle

couv jouets et sorciere

Deux pièces dans le même livre édité aux  Ed. l’Harmattan 

« Les jouets se font la malle » (pour les 5/9 ans) suivie de  Aglaé la sorcière » (pour les 7/13 ans) .

 

THÈMES : grandir – confiance en soi

Durée : 25 à 30 mn

Décor : une chambre d’enfants et une forêt

 

Personnages : 12 personnages + 1 voix off

TOM : l’ainé

NOÉ : en rivalité avec son frère

ÈVE : très coquette

TINA : la plus jeune

SUPER HÉROS : jouet de Tom

MYGALEMAN : jouet de Noé

STARLETTE : jouet d’Ève

POUPETTE : jouet de Tina

JOUJOU ZÉRO : jouet cassé de Tom

CORDA : (une partie de la corde à sauter) jouet d’Ève

SAUTÉ : (une partie de la corde à sauter) jouet d’Ève

L’OISEAU de la forêt des possibles

JULIE LA NOUNOU : voix off

 

Résumé :

Les parents de Tom, Noé, Eve et Tina sont partis en week-end. Les enfants en profitent pour s’amuser sans restriction avec ordinateur, console, lecteur numérique et téléphone,  ce qui n’est pas pour plaire à Super Héros, Mygaleman, Joujou Zéro, Starlette, Poupette, Corda et Sauté, qui sont laissés pour compte. Qu’à cela ne tienne !… puisque les enfants les abandonnent, les jouets décident de partir.

Partant à leur recherche, Tom, Noé, Eve et Tina vont découvrir dans la forêt des possibles que tout peut devenir possible si l’on croit fortement en soi.

Pour lire un extrait.

Pour la demande d’autorisation : genevieve.steinling@gmail.com

AGLAÉ la sorcière

couv jouets et sorciere

« Aglaé la sorcière » (pour les 7/13 ans) est éditée à la suite de « Les jouets se font la malle » (pour les 5/9 ans)

Pour vous procurer la pièce :  Ed. l’Harmattan 

 

 

THÈMES : différence – solidarité – conte

Durée : 30 à 40 min

Décor : une forêt

15 comédiens + 2 groupes de narrateurs sans nombre maximum

Résumé

Depuis que la sorcière a épilé sa moustache, c’est le monde à l’envers. Les enfants marchent à quatre pattes, à reculons ou parlent en vers. Les arbres sont plantés la tête en bas, les chats aboient, les cochons changent de couleur et la pendule remonte le temps. Vite ! Il faut arrêter la malédiction… il parait qu’il suffit de tordre le nez de la sorcière en disant cric et crac.

Le conte qui voyage dans le pays des sorcières nous rappelle que la seule vraie beauté est celle du cœur et que la solidarité peut vaincre bien des dangers.

Pour lire un extrait

mail contact pour autorisation de jouer la pièce : genevieve.steinling@gmail.com

 

 

 

Un bout de soleil

UN BOUT DE SOLEILPour vous procurer la pièce : La Librairie Théâtrale

THÈME : savoir être heureux, rêver.

Durée : 20 min

Décor : un marché et la nature (prévoir un éclairage jour et un éclairage nuit)

20 personnages de 4 à 7 ans

Cette pièce est adaptée pour les tout-petits. Les phrases sont courtes et facilement mémorisables. De plus, il y a des chansons.

Dans leur quête du bonheur, les enfants vont faire la connaissance d’un vieillard aveugle. Ce qui a donné l’idée à une enseignante de monter la pièce avec des personnes en maison de retraite. J’ai trouvé l’idée formidable.

Il est très facile de diminuer le nombre de personnages en ramenant les rôles à 14.

Résumé :

À la suite d’un quiproquo, quatre enfants vont à la conquête du soleil pour en manger un bout.
«Et nous serons heureux» disent-ils. Mais quand ils décrochent l’astre jaune, la lune et les étoiles ripostent : pas question de faire des heures supplémentaires. Cette ébullition réveille le chat. Savez-vous ce qui se passerait s’il faisait toujours nuit ? dit-il. Et voilà que tout est remis en question.

Pour lire un extrait cliquez ici

Les 12 mois au pays des enfants

LES 12 MOISPour vous procurer la pièce : La Librairie Théâtrale

THÈME : Acceptation de soi, de l’autre, et trouver sa place

Durée : 30 à 40 min

Décor : une chambre d’enfants avec un ou deux lits. Un drap, un tableau noir, une craie, une bassine, des poissons en plastique et en papier + accessoires des costumes.

15 personnages de 6 à 13 ans 

Résumé :      

Pipo et Pépette assistent en spectateurs invisibles à un rêve bien étrange : les douze mois investissent leur chambre et Madame Année, en robe des quatre saisons, demande aux intrus de lui donner une définition du mot « enfant »…

La pièce est un voyage dans l’imaginaire où les mois défilent d’une façon drôle et sympathique. Cette approche fantaisiste ravira les petits comédiens et leur fera prendre conscience qu’un enfant c’est bien plus qu’un adulte en devenir.

***

Les mois sont mis en scène pour montrer que chacun est indispensable, que chacun a un rôle à jouer sur terre, qu’il faut l’accepter et accepter celui de l’autre.

Les enfants sont importants aussi sur l’échiquier de la vie, Pipo et Pépette le découvriront et apporteront leur propre définition du mot enfant.

Pour lire un extrait, cliquez ici

La tomate, le cornichon et le jardinier

LA TOMATE

Pour vous procurer la pièce : La Librairie Théâtrale

THÈME : acceptation de soi et de l’autre

Durée : 20 min

Décor : un potager

20 personnages de 4 à 7 ans

Cette pièce est adaptée pour les tout-petits. Les phrases sont courtes et facilement mémorisables.

Ce texte pourra être un bon outil pour valoriser le jeune enfant et lui donner confiance en lui.

Le thème de la différence développera son sens de la tolérance.

Résumé :

Une tomate qui reste verte, un jardinier qui s’étouffe avec un grain de riz, un cornichon qui voudrait ressembler à une tomate et nous voilà entraînés dans les méandres d’un potager peu ordinaire.

Drôle et à rebondissements, cette pièce montre que s’accepter soi-même est déjà le premier pas vers l’acceptation de l’autre.

Pour lire un extrait, cliquez ici

Ado c’est mieux

ADO C EST MIEUX

Pour vous procurer la pièce : La Librairie Théâtrale

THÈME : Grandir

Durée : 30 à 40 min

Décor : une aire de jeux

10 personnages de 7 à 13 ans 

Résumé :

Des enfants attendent le train. Destination : monde de l’adolescence.

Schibboleth est chargé de leur remettre leur passeport mais pour le mériter, ils doivent d’abord réussir des épreuves. Ils s’appliquent tous sauf Pomme Verte qui refuse de grandir.

Un thème sensible du passage obligé de l’enfance vers l’adolescence traité sur fond de comédie. Un joli message où la solidarité l’emporte sur la peur d’avancer.

Le mot adolescence vient du latin « adolescere » qui veut dire «grandir ». C’est le thème de la pièce, le pavé autour duquel gravitent toutes sortes d’interrogations, de crainte et d’attente.

La pièce trace un parcours initiatique : l’enfant doit passer des épreuves et les réussir pour devenir grand.

***

Cette pièce comporte un dossier pédagogique de 10 pages qui propose d’accompagner les enseignants et animateurs d’ateliers théâtre dans leur mise en scène et qui s’avèrera un excellent outil pour un travail approfondi.

Deux versions sont proposées :

– 1 version à être jouée par 10 enfants

– 1 version à être jouée par  4 adultes pour un public jeunesse

***

Quelques mots sur les personnages :

Les enfants : ils ont entre 7 et 13 ans.

Ils portent des noms de crème glacée (comme Banana Split) ou de boisson (comme Citron Pressé) ou de nourriture (comme Pomme Verte ou Chocolat Moutarde). Leurs noms amusants permettent aux jeunes comédiens de s’identifier avec une tenue se rapportant à la couleur du prénom qu’ils portent. Leur personnalité est fonction de leur prénom (Pomme Verte refuse de grandir ; Chocolat Moutarde se différencie par son originalité : Citron Pressé est pressé d’arriver dans le nouveau monde) etc…

L’examinateur :

Son nom n’a pas été choisi au hasard.

Schibboleth est un terme hébreu qui signifie « épreuve totale et décisive ».

Schibboleth est également un signe de reconnaissance verbale : un terme de ralliement ou une façon de parler particulière qui détermine l’appartenance ou non à un groupe.

Le personnage symbolise la frontière : il est pour les enfants à la fois celui qui guide et celui qui exclut en cas d’échec.

Il est hors norme mais il est préférable qu’il soit joué par un enfant (peut être le plus grand de la l’atelier théâtre). On lui donne alors une tenue particulière laissée à l’appréciation de chacun (il ne peut cependant n’être ni fée, ni princesse, figures de l’imaginaire enfantin qui iraient à l’encontre de l’idée de la pièce qui veut que les enfants quittent ce monde-là).

Si le rôle de Schibboleth parait trop important au metteur en scène pour l’attribuer à un seul jeune comédien, je vous suggère (comme l’a fait une troupe), de rajouter un personnage qui devient le ou la secrétaire de Schibboleth et de répartir les répliques.

Pour lire un extrait, cliquez ici

Au secours la terre est malade

LA TERRE EST MALADEPour vous procurer la pièce : La Librairie Théâtrale

THÈME : Préservation de l’environnement

Durée : 30 à 40 min

Décor : la nature, l’atelier de tonton Ecolo, petit bistrot, palais du roi des diables

30 personnages de 5 à 13 ans (possibilité de réduire à 10 personnages)

Résumé :
La terre vivait heureuse jusqu’à l’arrivée des diablotins. Pollueurs de papiers, gaspilleurs d’eau, meurtriers de la nature, leur but est de faire de la terre un grand désert sans lendemain. Mais attention, les enfants veillent et le roi des diables n’a qu’à bien se tenir !

Traitée d’une façon amusante, cette pièce, qui a pour ambition de sensibiliser les jeunes enfants à l’environnement et de les mettre face à leur responsabilité, trouvera sa place dans les milieux éducatifs.

Les scènes peuvent se jouer indépendamment les unes des autres bien qu’il y ait un fil conducteur et que le texte raconte une vraie histoire qui se termine par une chanson.

Pour lire un extrait, cliquez ici

Par le petit bout de la lorgnette

PAR LE BOUT LORGNETTE

Pour vous procurer la pièce : La Librairie Théâtrale

THÈMES : la guerre, la faim dans le monde, la déforestation, la pollution

Durée : 30 à 40 min

Décor : une aire de jeux

10 personnages de 7 à 13 ans

Résumé

Petit Homme et Petite Femme s’ennuient. Ils attendent qu’une idée de jeu passe au-dessus de leur tête pour l’attraper. Et voilà que les Bidous, des êtres bizarres, débarquent d’une autre planète. Même s’ils n’en ont pas l’apparence, ce sont des robots en mission. Ils viennent étudier l’humain et son environnement.

Par le petit bout de la lorgnette, ils découvrent alors les terres ravagées par l’homme, les océans vides, les guerres et la faim qui sévit. Les questions affluent et sont posées par les Bidous avec la naïveté propre à l’ignorance.

C’est une pièce moderne que j’ai voulu lucide et amusante avec un rythme soutenu pour que le jeune comédien ait autant de plaisir à  jouer avec les mots qu’avec son corps.

Cette pièce comporte un dossier pédagogique de 10 pages qui propose d’accompagner les enseignants et animateurs d’ateliers théâtre dans leur mise en scène.

****

C’est en regardant le sommaire d’un journal télévisé que m’est venue l’idée d’écrire cette pièce. Je souhaitais éveiller la curiosité du jeune comédien en parlant de plusieurs sujets sans m’y attarder et le fait d’intégrer une lorgnette avec vue sur le monde s’est imposé à moi.

La pièce aborde des thèmes graves et pour que le jeune comédien ait plaisir à se les approprier, il  me paraissait important de créer des personnages qui sortent de l’ordinaire.  Je souhaitais aussi que le comédien puisse se reconnaître dans l’un ou l’autre, j’ai d’abord pensé à des extraterrestres puis ces êtres venus d’une autre planète sont devenus des robots, l’idée me semblant plus attractive et ludique. Je les ai ensuite affublés d’un langage spécial. Ce qui permettait dans le même temps de donner une grande place au corps puisque lorsque les Bidous conversent entre eux, ils «belebelent» et pour se faire comprendre dans ces moments-là, ils doivent bouger et mimer certaines répliques. Les corps doivent raconter autant que les voix. (applaudir, désigner avec les doigts, taper du pied…)

Quelques mots sur les personnages :

Physiquement copies conformes de l’Homme, les Bidous sont des robots mais rien a priori ne le laisse supposer (seul impératif : ils ont les cheveux cachés).

Au début, Petit Homme et Petite Femme croient avoir affaire à des personnages excentriques et inquiétants qui ont une façon bizarre de bouger et de parler ; ce n’est qu’au fil des répliques que sera dévoilée leur véritable identité.

Dès que les robots s’adressent à Petit Homme et Petite Femme, ils parlent le même langage qu’eux (après avoir été bidouillés). Quand ils se parlent entre eux, ils «belebelent» (à la façon du Glaude dans «La Soupe aux choux».). Ils s’expriment alors dans le mouvement. Leurs visages restent hermétiques à toute expression et même quand ils rient, ils rient de l’intérieur, ce qui oblige le jeune comédien à travailler le gestuel et le corporel.

Les Bidous ont tous une particularité qu’il leur appartient d’entretenir.

  • Bidou 1er est le chef, il est autoritaire, c’est lui qui mène la bande ;
  • Professeur Bidou est un scientifique, il recueille, examine, analyse tout ce qu’il trouve sur son passage ;
  • Bidou Rapporteur est attentif, rien ne doit lui échapper, il s’emploie à n’oublier aucun détail ;
  • Bidouphonique s’applique à ce qu’aucun son ne lui échappe ;
  • Bidoubidouille est le bricoleur qui se prend au sérieux, tout doit passer par ses mains ;
  • Bidoupétoche a peur de tout, il se retranche derrière sa lorgnette ;
  • L’abominable Bidou est le gardien des robots, il est le responsable de leur sécurité ;
  • Bidou passetemps ne pense qu’à s’amuser, tout est pour lui matière à jeu.

Chacun créera son personnage en s’investissant dans la création.

Les deux enfants (Petit Homme et Petite Femme) : Pour eux, la vie est un jeu. Les Bidous vont leur faire prendre conscience que tout ce qui leur paraît « normal », ne l’est pas tant que ça. Ce sera alors l’occasion pour eux d’agir à leur niveau.

Pour lire un extrait, cliquez ici