MATER, Reines de France

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A découvrir jusqu’au 3 septembre 2017 dans les allées de la Crypte de la Basilique de Saint Denis, là où sont gardées les cendres de nos rois et reines,  une exposition qui s’appelle « Mater Reines de France ».

Le titre me semble mal choisi car les photos de cinq des six femmes, grandeur un peu plus que réelle, exposées dans des caissons de 80 cm sur 200 lumineux et verticaux (par opposition aux gisants – sculptures funéraires représentées couchées)  montrent des femmes que l’artiste contemporain, Ariès de Tizi, a castées sur le marché de St Denis, il a choisi des femmes lambda issues de l’immigration donc rien à voir avec des reines mais après tout, chaque femme n’est-elle pas la reine de quelqu’un ?

Le sixième caisson représente la grand-mère de l’artiste, son corps est exposé de la même manière que les cinq autres mais elle nous apparaît plus grande que nature car l’image a été rognée à mi-mollet. C’est elle aussi qui figure sur l’affiche publicitaire.

Ces femmes sont photographiées dans des linceuls de satin blanc. Certaines ferment les yeux, d’autres les posent sur le visiteur.

Comme a dit mon jeune accompagnateur de 9 ans, « c’est flippant » et à sa demande, nous avons écourté la visite de la crypte mais promis, nous y retournerons quand l’exposition n’y sera plus.

L’artiste a sans doute ses raisons profondes, je cite « il s’agit par là, de retrouver la part d’universel de nos histoires et de les partager au-delà des appartenances sociales, économiques, culturelles, politiques ou religieuses ». Son but est donc de faire le parallèle entre ces femmes issues de l’immigration et nos reines de France qui souvent ont connu l’exil, le mariage trop jeune et imposé, ainsi que les difficultés d’adaptation dans un pays inconnu. Mélanger le sacré et le profane, certes, mais est-ce vraiment une bonne idée d’avoir investi la Basilique de St Denis pour exposer ces caissons lumineux que, personnellement, je trouve de mauvais goût ?

A noter qu’aux mois d’avril et mai, des visites nocturnes étaient proposées… trop tard donc pour les adeptes d’émotions fortes.

Geneviève Steinling

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s